Rechercher
  • info516893

La saison de travail sur le terrain s'intensifie !



Nous sommes tous fébriles alors que les stagiaires et les bénévoles se lancent dans la première saison de travail sur le terrain de 2021. Les chercheurs de TerraHumana Solutions sont particulièrement enthousiastes à l'idée de poursuivre leur travail avec Nature Hudson sur une autre évaluation écologique d'une zone humide sensible (Sandy Beach) destinée au développement. Les premiers relevés du projet Sandy Beach, qui seront effectués par Marian MacNair et des bénévoles, concernent les amphibiens et les oiseaux. Plus tard dans l'été, des enquêtes sur les chauves-souris et les reptiles seront également entreprises, et cinq bénévoles effectueront des enquêtes sur les plantes.

La présidente de Terra Humana Solutions, la Dre Isabelle-Anne Bisson, a interviewé de nombreux candidats fantastiques pour le projet Sandy Beach, et a découvert que très peu d'entre eux avaient de l’expérience sur le terrain. Mme Bisson s’est sentie inspirée et, comme toute bonne scientifique, elle a vu une occasion de résoudre un problème. La solution a été de créer un programme incubateur - Terra Humana Solutions offre maintenant aux étudiants en environnement aux programmes de premier cycle la possibilité d'acquérir une précieuse expérience de terrain. « Ce qui manque aujourd'hui dans l'éducation environnementale, c'est l'expérience sur le terrain », déclare Isabelle-Anne Bisson. « Nous comblons cette lacune et intégrons à notre mission d'aider les jeunes scientifiques talentueux à acquérir une bonne expérience pratique ».

La poursuite de l'échantillonnage sur le terrain a également commencé pour les études sur la présence de contaminants et leur impact sur la santé - celles-ci font partie du projet en cours dans la communauté Kanien'kehá:ka (peuple du silex) de Kanesatake, une communauté mohawk au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Outaouais. « Dans le cadre de cet important projet, notre stagiaire, Nikita Bhat, effectuera des recherches sur l'histoire de la contamination dans les communautés autochtones, afin d’en offrir une synthèse organisée et centralisée. Après une saison de collecte méticuleuse de données sur le terrain et de recherche, nous allons parvenir à une meilleure compréhension du problème et espérons trouver des solutions pour atténuer l'impact de cette pollution de façon continue et à long terme », a déclaré Isabelle-Anne Bisson.


5 vues0 commentaire