Rechercher
  • info516893

TerraHumana Solutions reconnaît la généreuse contribution des experts en travail de terrain de UDM



TerraHumana Solutions est fière de terminer une nouvelle évaluation technique et écologique sur le terrain pour Nature Hudson dans la municipalité québécoise d’Hudson. L'étude sur le terrain a commencé en avril et s'est terminée à la fin juillet, couvrant au total 10,35 hectares de forêt et de zone humide au confluent des rivières Vivry et Outaouais. Marian MacNair, l'une des assistantes de recherche de TerraHumana Solutions, a dirigé l'étude et supervisé l'ensemble du programme sur place. « Il s'agit d'une région très riche en biodiversité. Ce milieu naturel comporte plusieurs sentiers et est très fréquenté par les habitants de Hudson. Hors des sentiers basilés, l’herbe à la puce est très présente. », explique Marian MacNair, qui surnomme cette plante la protectrice de la forêt.

Marian MacNair a travaillé avec un groupe de scientifiques en herbe - la cohorte du nouveau programme incubateur de TerraHumana. Ces étudiants bénévoles ont acquis une précieuse expérience sur le terrain en procédant à l’identification de plantes et d’arbres.

Pour MacNair, ce projet est aussi remarquable en raison de la présence de professeurs retraités de l'UdeM qui ont généreusement offert leur temps et leur expertise pour l'identification d'une variété d'animaux sauvages. Selon ces experts, « c'était le seul écosystème de ce type sur ces rives ». Plusieurs espèces classées en péril au Canada ont été repérées dans le cadre de ce projet. « Un botaniste, un entomologiste, un expert en chauves-souris, un expert en ornithologie et un expert en amphibiens et reptiles nous ont soutenus dans cette évaluation », a déclaré MacNair. Des nids de rapaces en risque d’extinction et la présence d'une espèce rare de tortue et de chauve-souris brune ont également été observés. MacNair fait aussi remarquer qu’« on y trouve une multitude d’espèces, des plantes aux insectes, des oiseaux aux reptiles, des poissons, des crevettes et des mollusques aux petits mammifères. »

« Nous souhaitons sincèrement remercier nos merveilleux bénévoles : Alison Hackney, Antonia Cattaneo, Ginette Méthot, Christiane Hudon, Frieda Beauregard, David Fletcher, Maxim Larrivée et Patrick Galois. Leur expertise et leurs connaissances ont permis à ce projet d'atteindre un autre niveau », déclare la Dre Isabelle Bisson.

Profils des bénévoles

Alison Hackney est une biologiste diplômée de l'Université McGill et de l'UQAM qui a recensé l'avifaune de l'Hudson. Elle a fondé la première ferme biologique sur l'île de Montréal. En tant que membre de Sauvons L'Anse-à-L'Orme, elle a contribué à la création du Grand parc de l'Ouest - le plus grand parc naturel urbain du Canada.


Antonia Cattaneo est une professeure retraitée d'écologie des eaux douces du département de sciences biologiques de l'Université de Montréal. Elle s'intéresse particulièrement aux communautés benthiques d'algues, de plantes aquatiques et d'invertébrés.


Christiane Hudon est professeure adjointe au département de sciences biologiques de l'Université de Montréal et chercheuse émérite à Environnement et Changement climatique Canada. Elle est spécialiste de l'écologie des rivières et des milieux humides.


Ginette Méthot, spécialisée en écologie du zooplancton, est une associée de recherche retraitée du département de sciences biologiques de l'Université de Montréal.


Frieda Beauregard est titulaire d'un doctorat, et elle fait des recherches sur l'écologie végétale et la biogéographie et enseigne la botanique à l’université McGill. Elle est la conservatrice de l’Herbarium. Elle organise des projets sur le campus pour encourager les pollinisateurs et elle est une horticultrice passionnée.


David Fletcher est un enseignant du secondaire retraité qui, pendant 35 ans, a initié ses élèves aux joies des étangs temporaires. Il a été l'un des fondateurs de la Coalition verte et il en est toujours le vice-président et le porte-parole.


Maxim Larrivée est le directeur de l'Insectarium de Montréal et l'un des fondateurs des bases de données eButterfly et Mission monarque.


Patrick Galois est titulaire d'un doctorat en biologie et est le principal chef de projet du groupe de recherche Amphibia-Nature. Il a plus de 32 ans d'expérience en tant que chercheur biologiste. Il a réalisé de nombreux inventaires et études d'impact environnemental. Il a aussi développé et supervisé des projets de conservation de la faune et contribué à des efforts d'éducation, de sensibilisation et de recherche au Québec et à l'international. Il a réalisé des recherches sur différents groupes fauniques, avec une spécialisation en herpétofaune.


Étudiants bénévoles

Dylan Gwilliam

Ekra Karim

Katerina Kieran

Maeve Bohle

Nikita Bhat

Tiphaine Devanneaux

4 vues0 commentaire